Ayrault en Israël le 14 mai suivi de Valls la semaine suivante ©

Partager
Tags

Seuls quelques médias français (de la nuit debout, couchés le jour comme le dit Sarkozy) se font l’écho de cette initiative de paix, en croyant à son succès. À ce jour les États-Unis n’ont toujours pas répondu favorablement à cette initiative qui risque fort d’être un échec supplémentaire de la diplomatie française. Son analyse erronée de la situation au Moyen-Orient a conduit la France à manger son chapeau face à Poutine en Syrie, et elle n’en aura plus pour cette opération de com. Comme les postulats de départ sont faux, c’est-à-dire l’unité palestinienne, sa volonté de paix avec Israël et la reconnaissance d’Israël comme un État Juif, ne sont pas acquis, il ne peut y avoir de paix. Le dogmatisme prévaut sur le réalisme en France sur ce problème des territoires de Judée Samarie, à cela s’ajoutent une amnésie chronique de l’histoire d’Israël, et une vision mensongère de l’histoire des Arabes de Palestine.

Cela conduit la France, après Vichy à vouloir spolier à nouveau les israélites de leur Histoire comme elle nous l’a démontré avec son vote à l’UNESCO, où elle participe régulièrement à toutes les initiatives antisémites.

C’est dans un contexte donc très tendu que le ministre des Affaires qui lui sont étrangères va se rendre en Israël. Il sera suivi une semaine plus tard par le Premier ministre Emmanuel Valls, qui plus proche de Netanyahu va essayer à son tour de faire une amicale pression. Mais on connaît déjà la réponse de son homologue israélien.

Jean-Marc Ayrault se rendra en Israël et dans les territoires palestiniens les 14 et 15 mai prochains, avant la tenue, le 30 mai, d’un sommet à Paris visant à relancer le processus de paix israélo-palestinien, a annoncé vendredi le Quai d’Orsay.

« Négociations bilatérales directes ». L’annonce de ce déplacement dans l’agenda du ministre français des Affaires étrangères intervient huit jours après que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a exprimé son hostilité à l’initiative de la France, lui préférant des « négociations bilatérales directes ». Plus d’une vingtaine de délégations étrangères sont attendues à Paris le 30 mai prochain. Après la visite de Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre français, Manuel Valls, doit également se rendre en Israël et dans les territoires palestiniens avant la fin du mois, indique son entourage.

Point mort. Menées sous l’égide des Etats-Unis, les dernières négociations de paix directes entre Israël et l’Autorité palestinienne n’ont débouché sur aucun accord en avril 2014 et sont depuis dans l’impasse. Paris a confié la mission de leur trouver une issue au diplomate Pierre Vimont, qui fut représentant permanent de la France auprès de l’Union européenne à Bruxelles entre 1999 et 2002, ambassadeur à Washington, et directeur de cabinet de trois ministres des Affaires étrangères.

JForum.fr et  Europe 1

Affiche : 1 Commentaires
Donnez votre avis
  1. Abramowicz dit :

    la tradition française est d’être antisémite !!! les juifs : français ! l’ont oublier !!! la seule place des juifs est de vivre en Israel !!!! et de laisser les français manger leur pain noir !!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*