Christiane Taubira : folie médiatique et indifférence populaire

Partager
Tags

Démission de Taubira, intégristes sur les plateaux télé, dénigrement de la Manif Pour Tous : Gilles-William Goldnadel revient sur l’actualité de la semaine.

 

J’ai enfin cessé de vitupérer. De fulminer au risque de lasser. D’éructer à y laisser ma parfaite santé. J’ai décidé de lâcher prise. De donner dans la zénitude. De faire contre mauvaise fortune médiatique, bon cœur philosophique. De prendre mon mal en patience. À leur degré de platitude inepte, d’hémiplégie intellectuelle et, disons-le, de stupidité manifeste, je prétends que les médias français sont devenus les premiers soutiens aussi involontaires qu’efficaces de la révolution qui vient.

Considérez par exemple l’ancienne garde des Sceaux. Si vous voulez mesurer l’écart vertigineux entre le peuple et les aristos du micro, il suffit de comparer les 73 % de Français, pardon : de populistes, qui se sont réjouis de voir la ministre prendre la sortie, avec ces gens distingués, murés dans un studio capitonné qui ont entonné un chant du départ presque aussi lyrique que notre résistante partante. Je ne suis pas sûr qu’après après avoir ouï leurs dithyrambes, ne restait plus que 72 % de pauvres types à se congratuler.

Écoutez France Inter, ce jeudi au matin, un humoriste improbable mais certainement pas à droite, moquait les opposants à la dame du mariage pour tous pour leurs prénoms par trop françois : Ah ! Ah !: Ludovine et Albéric ! hi ! hi ! des éditions du Puy du fou ouh ! ouh ! Rires dans le studio. Car c’était pour rire, pour sûr.

Assurément, mais pourtant, je tremble pour l’humoriste suicidaire qui prétendrait faire rire aux dépens d’un prénommé Mahmoud ou pour un Mamadou. Je rappelle que le CSA, ombrageux par éclipse, a morigéné RMC pour avoir moqué Nafissatou Dialo, qui doit pourtant écouter de New York la radio française moins souvent que les Ludovine et les Alberic qui nous restent à Paris.

Étrange, cette radio de service public qui n’emploie que des pitres sinistres. Je veux dire des amuseurs exclusivement de gauche.

Qui aura le courage d’indiquer à Mme Sofia Aram que Nicolas Sarkozy n’est plus président de république ?

Le seul qui était inclassable s’appelait François Rollin. Raison pourquoi, sans doute, il a été cassé. Je ne dis pas qu’ils sont tous mauvais. François Morel n’est pas loin d’être génial. Mais qui aura le courage d’indiquer à Mme Sofia Aram que Nicolas Sarkozy n’est plus président de république ? Ou que Christine Boutin et Nadine Morano ne sont plus au pouvoir ? Même au temps du pouvoir absolu, le bouffon moquait avant tout le trône et le sceptre.

Ce lundi, au matin, elle aussi en remettait une couche sur «Ludovine de la Malbaise» qui aurait eu deux orgasmes…

Je doute qu’en dehors de leurs auditeurs formatés, les amuseurs syndiqués de la radio d’État fassent beaucoup rire ailleurs.

Car le rire d’un seul côté s’appelle le rictus, et celui qui fait rire ainsi, risque l’hémiplégie.

Considérez encore ces télévisions nationales qui ont permis à des islamistes cachés ou assumés de déverser longuement leur bile sur un académicien moins académique que tous les faux rebelles, ou devant une ministre mutique, féministe seulement pour châtrer le mâle blanc.

 

je prétends que le matraquage abîme maintenant davantage la tête vide du matraqueur. Ne lui reste que la matraque, c’est encore beaucoup, mais elle va s’émousser

Au-delà de la souffrance à endurer l’épreuve d’être maudit sans pouvoir mot dire, de l’impuissance à constater la légèreté du service public audiovisuel à la française, en raison même de ces ressentiments désormais récurrents, de la faculté du public de pouvoir à présent décoder les langages et les silences, les postures et les impostures, je prétends que le matraquage abîme maintenant davantage la tête vide du matraqueur. Ne lui reste que la matraque, c’est encore beaucoup, mais elle va s’émousser.

Car désormais le roi Sinistre est nu. Ou plutôt, son cerveau transparent montre un lobe temporal gauche d’une telle atrophie, qu’il commence à faire rire le français affranchi.

Car considérez enfin la dernière sortie de Pascal Cherki, de la gauche socialiste : «si Finkielkraut n’était pas juif, il serait porte-parole du FN». Je serais tenté, à mon tour, de répondre, que ce monsieur, qui revendique sa judéité, est pourtant bien d’extrême gauche….

Mais je ne suis pas aussi essentialiste que ces gentils chers qui, à tout bout de champ, nous expliquent que les racines, l’origine sont choses indifférentes, tout en étant obsédés par toutes les différences.

Je laisse donc à Cherki le droit absolu d’être juif et islamo-gauchiste et même mahométan.

Le roi très gauche est nu, mieux vaut en rire.

Mais attention, à force de le lui dire, il en devient méchant.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gilles-William Goldnadel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*