Israël partage le plan russe de partition de la Syrie ©

Partager
Tags

Il déclare que les pressions diplomatiques visant à faire tenir ensemble cette nation déchirée par la guerre est un « voeu pieux ».
Le Ministre de la Défense H.E. Moshe Ya’alon a déclaré lundi que l’effondrement de la Syrie en tant que pays en capacité de fonctionnerest inévitable, certifiant que les Nations Unies et les grandes puissances doivent élaborer “Une grande stratégie complètement différente” afin de mettre fin à cette guerre civiles brutale qui dure depuis cinq ans

Le responsable israélien de la Défense d’Israël a déclaré lundi que l’effondrement de la Syrie en tant que pays capable de fonctionner est inévitable, assurant que les Nations Unies et les grandes puissances ont besoin de définir » une stratégie totalement différente », si elles comptent mettre fin à la guerre civile.

Cette assertion du Ministre de la Défense israélienne Moshe Booguy Ya’alon est survenue au cours d’une journée d’évolutions à un rythme rapide autour du conflit syrien, alors que Président russe Vladimir Poutine annonçait le plan de retrait des troupes russes, inversant ainsi la tendance à l’escalade qui a, depuis septembre dernier, renforcé la posture fâcheuse de l’allié de Moscou, le Président syrien Bachar al Assad.

Le geste surprenant de Poutine a provoqué l’incertitude à la fois à Washington et Genève, où les responsables de l’ONU luttaient lundi pour redonner un second souffle aux discussions de paix entre le régime Assad et l’opposition syrienne , à peine deux semaines après le début d’un cessez-lez-feu incertain qui s’est instauré dans la plupart des régions des zones de guerre. Un point de blocage majeur reste le sort réservé à Assad, sur lequel autant l’administration Obama que les rebelles insistent toujours pour qu’il démissionne afin de faire place à un gouvernement de transition et à des élections libres dans les 18 mois à venir.

En visite à Washington, Moshe Ya’alon a constaté que la Syrie est déjà un Etat failli. « Il n’existe actuellement aucun moyen de réunifier la Syrie », a t-il dit, signifiant une sorte de postulat de départ pour les dirigeants et stratèges en Israël, qui est resté à l’écart du conflit syrien jusqu’à présent, excepté lors des frappes contre les transferts d’armes au Hezbollah.

Au cours du’ne apparition qu’il a faite au Centre d’Etudes Internationales Woodrow Wilson, il a stipulé que les Etats-Unis et d’autres puissances sont engagés par un « vœu pieux » à vouloir poursuivre une stratégie où on se représente la Syrie comme une nation unie, ainsi qu’elle était avant que la guerre n’éclate en 2011.

Bien qu’il n’ait pas voulu présenter de détails spécifiques d’une stratégie alternative, il a déclaré que la seule façon de voir à l’avenir serait « d’avoir une sorte de fédération » qui comprendrait un « secteur » kurde autonome, même si cela offusque la Turquie, qui est en guerre contre sa propre minorité kurde depuis des décennies.

D’autres secteurs devraient inclure un « Alaouistan » dirigé par Assad et un « Druzistan » au bénéfice de la population de la Nation druze, dit-il, suggérant que dès que ces différents secteurs seraient instaurés, ils seraient bien plus en mesure de coopérer afin de purger les éléments extrémistes parmi les Musulmans sunnites, tels que l’Etat Islamique et le Front al Nusra.

 

 

 

p014-1_824542_largeL’hégémonie iranienne

A Washington, Mr. Ya’alon a paru prendre soin de ne pas critiquer trop frontalement l’administration Obama malgré des relations difficiles entre le Président Obama et Binyamin Netanyahu.

Il n’a cependant, pas retenu ses coups, lorsqu’il a fustigé l’accord nucléaire avec l’Iran appuyé par l’Administration, en soulignant à quel point cela n’a fait que renforcer la domination de l’Iran au Moyen-Orient par l’instauration d’un « axe radical chiite », constitués de foyers majeurs au Liban, en Syrie, en Iraket au Yémen.

« Cet axe exploite l’accord pour déployer son hégémonie », a t-il dit. « Il est certain qu’à Téhéran ils visent l’hégémonie. Ils sont suivis par d’autres hégémonistes à Bagdad, grâce au gouvernement chiite. Il y a les mêmes hégémonistes à Beyrouth, représentés par le Hezbollah et à présent, avec un pouvoir renforcé, ils vont pouvoir étendre leur hégémonie sur Damas ».

Il a aussi souligné l’appui iranien aux Houtis qui contrôlent actuellement la captiale du Yémen, Sa’ana et exprimé sa colère de voir à quel point Washington est prêt à laisser l’Iran jouer un rôle central dans les pourparlers sur la Syrie, qui dispose d’une frontière commune avec Israël sur le Golan, que l’Iran est prêt à tout pour contrôler.

« Nous laisser avec une Syrie entièrement dominée par l’Iran – c’est quelque chose de totalement inacceptable pour nous », a t-il rappelé.

David R. Sands a contribué à cet article.

Par Guy Taylor – The Washington Times – Lundi 14 Mars 2016

Copyright © 2016 The Washington Times, LLC.n

washingtontimes.com

Adaptation : Marc Brzustowski

Affiche : 1 Commentaires
Donnez votre avis
  1. Désormais, après cette mise au point de Moshé Boogie Yaalon, nous comprenons mieux le piège tendu par OBAMA à Israël et sans doute qu’OBAMA et Poutine sont d’accord pour restituer à la Syrie moribonde les hauteurs du GOLAN sachant que l’IRAN n’attend que ce moment où, avec l’aide de la Russie, elle espère réaliser le plan d’OBAMA… « forcer Israël à revenir aux lignes d’avant 1967 ? » suivi de son rève « effacer Israël de la carte »…

    On comprend mieux la réponse cinglante d’OBAMA à ISRAEL sur les hauteurs du Golan, ISRAEL ose prétendre que les Hauteurs du GOLAN sont à lui alors qu’il s’agit d’une terre appartenant à l’ISLAM, c’est à dire à OBAMA et Israël ose contrarier le plan OBAMA !!!
    C’est bien à l’IRAN qu’OBAMA offre les hauteurs du GOLAN…
    Nul doute que celà figure quelque part dans le plan caché entre OBAMA et l’Iran.

    …ce qui explique à la fois la bombe et le silence des EURABIENS… (pour l’Eurabia devenue Dhimmie, voir ci-devant les éclaircissements de Guy Millières)…

    A PLUS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

S’abonner à nos vidéos