Révélations: « Israël n’imagine même pas qu’Elsa Lefort-Hamouri puisse un jour remettre les pieds ici »

Partager
Tags

Selon des informations obtenues , « il est inconcevable qu’Israël accepte l’idée même d’un retour en Israël d’Elsa Lefort. » Deux diplomates israéliens, sous couvert d’anonymat, ajoutent être « sous le choc » en constatant « l’activisme » de Patrick Maisonnave, l’ambassadeur de France à Tel-Aviv, en faveur de la femme du terroriste.

Capture d’écran 2016-02-10 à 11.52.21

Salah Hamouri et Elsa Lefort

Selon nos sources, « il n’est même pas imaginable qu’elle puisse remettre les pieds en Israël, et encore moins dans la capitale. La France comprend parfaitement qu’une citoyenne française dont le visa marital a été refusé et qui a été expulsée pour ses liens avec une organisation terroriste, soit persona non-grata ici. »

Et nos sources d’ajouter: « Patrick Maisonnave, l’ambassadeur de France qui devrait quitter son poste d’ici quelques mois, a été un de ses meilleurs soutiens. Il a même été convoqué il y a quelques semaines par Jérusalem pour une remise en question. On lui a demandé, entre les lignes, s’il joue le rôle de militant anti-sioniste ou de diplomate au service de la République Française. »

Elsa Lefort, femme du terroriste franco-palestinien Salah Hamouri (condamné après avoir admis son intention de tuer le Rabbin Ovadia Yossef), a été expulsée d’Israël il y a un mois. Enceinte de 7 mois, cette fille de l’ancien député communiste Jean-Claude Lefort, avait été engagée en grande pompe par le Quai d’Orsay pour un de ses instituts dans la capitale de l’Etat juif – malgré le fait qu’elle soit mariée avec un terroriste qui serait classé et fiché par les RG s’il vivait en France.

Jean-Claude Lefort, grand supporter de l’idéologie la plus criminelle du siècle dernier, et antisémite notoire (il a récemment appelé au boycott de produits casher), se bat depuis pour qu’Elsa puisse retourner vivre à Jérusalem. Ils a ainsi reçu le soutien de diverses organisations illégales en France, comme BDS. D’autres chantres de l’antisémitisme moderne, comme Pascal Boniface (dont le fils Quentin Boniface, surnommé Abou Niface, suit les traces de Dieudonné) ou Jean Ziegler.
Capture d’écran 2016-02-10 à 11.50.38

Enfin, toujours selon nos informations, Salah Hamouri, peut lui « rester vivre dans l’Est de Jérusalem ou partir vivre en France. Contrairement à ce qui est dit ici où là, il est tout à  fait libre de ses déplacements. Et quand la famille Lefort invoque la déclaration des droits de l’homme (tout homme est libre de ses déplacements), elle oublie aussi les obligations légales d’un Etat envers ses citoyens, dont la principale est la protection de ces derniers. Protéger les citoyens israéliens d’une française en lien avec le terrorisme est non seulement notre droit, mais un devoir. »

Par Christian Léglise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*